Objectifs : Apprendre à dire, S’ingénier à faire, Donner à voir
Disciplines : danse, écriture, architecture, théâtre, arts visuels
Artistes : la Compagnie des prairies (dirigée par Julie Desprairies, chorégraphe) et le Théâtre du Menteur (dirigé par François Chaffin, auteur et metteur en scène)
Si le théâtre est bien le laboratoire des gestes et des paroles de la société, il est à la fois le conservateur des formes anciennes de l’expression et l’adversaire des traditions.
Antoine Vitez
Au-delà de l’enjeu pédagogique, s’intéresser aux gestes, qu’ils soient concrets ou immatériels, techniques ou littéraires, contraints ou créatifs, revêt un sens particulier dans le contexte d’un projet d’éducation artistique et culturelle qui entend ouvrir le champ des possibles et associer des élèves issus de l’enseignement professionnel et de l’enseignement général.

On oppose encore trop souvent savoirs théoriques et savoirs pratiques, enseignement professionnel et enseignement général, culture technique et culture littéraire, corps et pensée, main et cerveau, geste et langage. Le geste parfait de l’artisan suppose non seulement technicité mais aussi concentration et pensée. Car penser, écrire, lire, dire sont aussi des gestes. De la plume au clavier, écrire consiste bien à tracer. Et tracer appartient au champ lexical de frapper, percer, forer. Il y a d’ailleurs un art (au sens de “faire”) de dire, c’est la rhétorique et un art de penser c’est la méthode (au sens Descartien). Si lire reste un geste proprement mental et immatériel, écrire comme danser sont sans doute les gestes qui illustrent le mieux la solidarité du corps et du cerveau. Que le geste soit visible comme chez l’ouvrier, l’artisan ou l’apprenti ou mental comme chez le philosophe ou le professeur, la question fondamentale est toujours la même, qu’il s’agisse d’un outil, d’un écrit, d’une pensée ou d’un mouvement : comment concilier adaptation et émancipation ? C’est précisément l’enjeu de ce projet d’éducation artistique et culturelle conjuguant la danse, l’architecture, les arts visuels, le théâtre et l’écriture.

Le geste à la parole
Décliné sur trois ans avec un axe spécifique chaque année scolaire (le geste et les contraintes en 2018-2019, le geste et l’engagement en 2019-2020, le geste et l’image en 2020-2021), le projet proposera conjointement aux classes participantes un parcours artistique avec des ateliers autour de l’écriture, du théâtre, de la danse, des arts visuels et de l’architecture, accompagné d’un parcours culturel composé de visites techniques et architecturales, de découverte des métiers du spectacle vivant, d’un parcours de spectacles au Théâtre Brétigny, de visites d’expositions au CAC Brétigny et d’ateliers du regard (critiques de spectacles). Une restitution sera réalisée.

Enfin, ce site internet créé et travaillé pour faire écho à tous les ateliers du projet servira également de base de diffusion permanente des productions (publication des textes, photos d’ateliers, enregistrements sonores, making of vidéo, etc.). Lien charnière entre tous, il sera alimenté durant toute la durée du CRÉAC avec un triple usage : support de restitution des productions artistiques des élèves, outil de communication mais aussi outil pédagogique.

 

 

Mots-clés : architecture, contrainte, critique, danse, écriture, expérience, geste, inattendu, parole, théâtre