Le geste à la parole

le geste et l’image
(2020-2021)

En immersion depuis deux ans dans trois lycées de l’Essonne, la Compagnie des prairies (dirigée par Julie Desprairies, chorégraphe), et Le Théâtre du Menteur (dirigé par François Chaffin, auteur en scène) clôtureront la troisième année de ce gigantesque projet, à la croisée du théâtre et de la danse, autour d’une dernière thématique : le geste et l’image.

Quand les mots manquent, le recours aux gestes est intuitif. Chacun d’entre nous a pu en faire l’expérience. Car le geste vient de loin. Présent avant la parole chez le bébé, présent avant l’écriture dans l’art rupestre, présent malgré nous dans les actes manqués, le geste dessine un corps, une direction, une idée et même une transformation. Pas de geste sans image. Pas d’image sans imaginaire. Pas d’image de soi sans image du monde.

Au programme de cette année, il y aura des formes et des forces, des métaphores et des métamorphoses. Des gestes, des jeunes gens, et beaucoup d’imagination. Comme le disait Gaston Bachelard : « On veut toujours que l’imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception, elle est surtout la faculté de nous libérer des images premières, de changer les images. »  Image de soi, image de l’autre, image de marque… comment les transformer, les habiter, les saisir par le mouvement du corps et de l’esprit ?

Lycée Jean-Pierre Timbaud (Bretigny-sur-Orge)

Lycée Edmond Michelet (Arpajon)

Lycée polyvalent Geoffroy-Saint-Hilaire (Étampes)

Quand nous parlons d’image, nous voulons sans doute parler d’un mouvement du regard entre le visible et l’invisible.

Michel Journiac, Hommage à Freud, 1972.